Geste réel sur matière simulée

GESTE REEL sur MATIERE SIMULEE
Installation rétroactive multisensorielle
Annie Luciani, Jean-Loup Florens
Production : ©ACROE 2011

Cette installation est couplée à la pièce

AMPLITUDE
Performance scénique
– Voix off – vidéo
Daniel Barthélemy, Lisa Denker, Annie Luciani
Production : © ACROE 2011
Voix-off : Annie Luciani
Vidéo : Chani Luciani-Cadoz
Son : Martin Dutasta


GESTE REEL sur MATIERE SIMULEE

L’installation met en œuvre les dispositifs à retour d’effort et de simulation multisensorielle de l’ACROE, utilisés pour la première fois dans une installation artistique. L’installation est basée sur un principe novateur dans lequel le spectateur est aussi acteur et expérimentateur. Le visiteur est invité à explorer gestuellement des objets virtuels qu’il ne connaît pas, avec lesquels il peut jouer aussi longtemps qu’il le désire, et qu’il ne découvre que grâce à ses sens et/ou gestuel, et/ou visuel , et/ou auditif.

Le spectateur est invité à s’exprimer oralement de manière à faire émerger le plus possible de son vécu face à cette situation sensorielle inédite : ressentis sensoriels, évocations, associations, interprétations, engagement/désintérêt sensoriel ou corporel… Cette expression orale fait partie de l’œuvre car elle dévoile, pour l’expérimentateur lui-même,  les processus de construction de son univers sensible. Un animateur est là pour l’aider de manière non directive à explorer tous les niveaux de discours possibles.

Les discours traduisent alors habituellement des doutes, des certitudes relatives, des perplexités, des questionnements quasi philosophiques et existentiels tout autant que poétiques, qui montrent que l’expérience vécue a été à la fois profondément riche et déstabilisante.

L’installation est constituée d’une station de simulation multisensorielle dotée d’un manipulateur à retour d’effort, d’une sortie audio et d’un écran de visualisation. Elle est occupée par un seul visiteur à la fois.
Toujours avec l’accord du spectateur et des concepteurs de l’installation, les discours peuvent être enregistrés et peuvent ainsi s’incrémenter lors d’explorations suivantes de manière à constituer ainsi des épisodes d’une narration qui se construit.

Contact :
Annie.Luciani@imag.fr, Jean-Loup.Florens@imag.fr


QUESTIONNEMENTS SENSORIELS

Les scènes virtuelles explorent des questions plus problématiques qu’il n’y paraît dans notre rapport sensoriel au monde:

L’exploration multisensorielle d'une matière et de contours
• Perçoit-on réellement des choses, ou des interactions ?
• Peut-on distinguer clairement entre un « touchant » et un « touché » jusqu’à parler de manière certaine des propriétés du « touché » telles que dureté, mollesse, présence, fugacité …etc

La mise en question de l'alternative contact – non contact
• Le contact se décompose-t-il simplement en deux états « contact et non contact » ? ou bien la phase contact dilue-t-elle la dualité «toucheur et touché »?
• Dans ce cas, que se passe-t-il lorsque le toucheur et le touché ne font plus qu’un ?

Frotter: une question de grain ou de glissement sur une surface ?
• Est-on vraiment capable d’exprimer la nature d’un toucher ? S’agit –il plutôt de forces, celles que l’on exercerait, donc d’un soi ? ou de grains en tant que propriétés de la surface, donc de l’autre ?
• Comment se fait-il que lorsque l’on parle de la friction, on est amené à invoquer le son, même lorsque celui-ci est absent?


Annie Luciani, Daniel Barthélemy
Le 18 février 2010


Installation de la plateforme "Geste réel sur matière simulée" à l’EESI-Poitiers, Février 2010.
A gauche : vue d’ensemble – L’installation TELLURIS 1 est visible à droite de l’image. Au centre : plan de deux installations. A droite : gros plan sur une des installations (manipulation suggérée par la main gauche)

Installation d'applications proactives - EESI Poitiers / Février 2010 - Session d'expérimentation de geste réel et matière simulée